Publié par : nico nsb | février 8, 2019

Son du soir : HTRK live 2008

HTRK - live Corsica Studios 2008-LP

2008, les Australiens HTRK (pour « Hate Rock ») sont en concert aux Corsica Studios de Londres. Ils jouent en ouverture de Lydia Lunch. L’enregistrement d’époque est en mono, la guitare est stridente, la boîte à rythme martiale, la basse ronronne tandis que la voix est un peu en retrait. Son pourri, hurlant, abrasif. Ambiance de fin du monde. Nuit de cauchemar.

Février 2019. Ce concert est à présent disponible en vinyle (pressage sans défaut), en import (Boomkat, Juno, Norman…). Edition limitée à 300 exemplaires.

 

Publié par : nico nsb | janvier 31, 2019

‘The Mule’ : voyage sur les terres de Trump

lamule-07

Earl est un charmant papy de plus de 80 ans. C’est un ancien combattant de la guerre de Corée qui cultive des fleurs superbes et, en vieux gentleman du Sud, il ne rate jamais une occasion pour faire un compliment à une dame. Par contre, le temps qu’il consacre à ses créations éphémères il ne le prend pas pour s’occuper de sa famille. Toujours occupé, sur la route entre deux conventions, la vie au foyer ça n’a jamais été son truc. Quand sa petite entreprise est mise en faillite face à la concurrence impitoyable d’internet, il accepte de servir de transporteur pour d’autres substances cultivées…

lamule-02

Grand plaisir de retrouver Clint Eastwood devant (grande silhouette tremblotante et voix fragile, v.o. de rigueur !) et derrière la caméra (on oublie le ’15h17 pour Paris’ de l’an dernier). Et il revient entouré de sacrés acteurs : Bradley Cooper, Laurence Fishburne, Dianne Wiest, Andy Garcia, Michael Pena… Dans ‘The Mule/La Mule‘, en même temps que l’on suit le parcours du personnage traversant le pays au volant de son Pick-Up chargé de drogues pour les cartels mexicains, le réalisateur montre l’Amérique profonde comme il l’a déjà fait dans sa longue carrière, celle située entre les côtes Est et Ouest et qui a massivement voté pour Donald Trump. Ici, pas de complaisance ni de caricature. Le réalisateur filme à hauteur d’homme, injectant parfois des touches d’humour. Il ne regarde pas ses personnages de haut, à commencer par le personnage principal qu’il interprète jusque dans ses travers. Ainsi Earl, lors d’une scène, emploie-t’il le mot tabou « N-word/nègre » lorsqu’il rencontre un couple de Noirs à qui il vient en aide sur le bord de la route. Il s’agit ici moins de racisme que d’une sale manie héritée d’un milieu social et culturel, un tic de langage que l’on sort sans même penser qu’il peut blesser l’autre. De même que Earl, le « vieux mâle blanc », travaille et parfois se lie d’amitié avec des Mexicains ou des gars d’origine mexicaine. Des gens différents se rencontrent, il y a des échanges qui s’opèrent. Le vieux Earl (et à travers lui le républicain Eastwood) est bien plus complexe que la vision manichéenne véhiculée par certains médias ou universitaires et autres militants. Un individu n’est pas fait d’un seul bloc, il n’est pas aussi rigide qu’un mur dressé le long du Rio Grande. Cette vision complexe d’une Amérique qui a voté Trump, on la retrouve aussi par exemple dans le documentaire ‘We Blew It’ de Jean-Baptiste Thoret (récemment diffusé sur les chaînes Ciné+). Et dans les deux cas on apprécie cette volonté de s’intéresser à une population qu’on a vite fait de schématiser. Prendre le temps de donner la parole et d’écouter celles et ceux qui ne partagent pas vos opinions est toujours riche d’enseignements. C’est même précieux, car très rare (aux USA ou en France), actuellement où l’on assiste plutôt à des affrontements de positions qu’à des débats nuancés. Il n’y a pas le camp du bien d’un côté et celui du mal de l’autre (on pourrait demander à Edward Snowden ou aux rebelles Syriens ce qu’ils pensent d’Obama…). Et la position d’Eastwood est ainsi bien plus intéressante que celle d’un Spike Lee, toujours du « bon côté » puisqu’homme de couleur (même si son dernier ‘Blackkklansman’ a d’autres qualités), et plus en prise avec le présent qu’un Sylvester Stallone toujours figé dans la nostalgie (voir ‘Creed II’).

lamule-01

Au-delà de l’instantané sur « l’Amérique de Trump », une autre approche plus autobiographique se dessine dans ‘La Mule‘. Le coeur du film est le thème de la famille. Earl a été un mauvais mari et un mauvais père, il essaie de se racheter en se rapprochant de sa petite-fille (Taissa Farmiga). Et ainsi de renouer avec son ex-femme (Dianne Wiest) et leur fille Iris. Fille interprétée justement par Alison Eastwood, une des enfants de l’acteur-réalisateur. Un choix qui ne doit rien au hasard. Si dans le film l’argent de la drogue coule à flot, on n’achète pas le temps qui passe et vous file entre les doigts. Plus que le fait divers dont est tiré le scénario, c’est sans doute surtout ça qui a intéressé Clint Eastwood. Sans la famille, tous les succès et les récompenses, tous les awards du monde ne valent rien, qu’on soit d’un bord politique ou d’un autre.

lamule-06
lamule-05
lamule-04
Publié par : nico nsb | janvier 20, 2019

Adieu 2018, salut 2019

Big Trouble - 03

La nouvelle année est déjà bien entamée. Mais il est bon de prendre son temps, prendre un peu de distance avec la période terminée pour savoir ce qu’on en retient (et mettre la page Pin-Up à jour). Films, musiques, livres… découvertes en tout genre. Qu’est-ce qu’il nous reste en tête, qu’est-ce qui nous a touché ? Que retenir de l’année 2018 ? Le divertissement est partout, distractions qui occupent notre attention très brièvement comme un flash info mais qu’on oublie tout aussi rapidement ou pire, qui nous pollue inutilement l’esprit. En 2018 où étaient les émotions qui vous nourrissent ? Voici donc une sélection totalement subjective :

Suspiria-2018-affiche

 

 

Les films tout d’abord. Aujourd’hui l’offre est tout simplement énorme (salles, dvd/blu-rays, plateformes de streaming, téléchargement/streaming sauvage, festivals…), impossible de tout voir il faut donc faire du tri. Mais rien ne remplace l’expérience du grand écran.

Les meilleurs : ‘Suspiria‘ de Luca Guadagnino et ‘La Forme de l’Eau‘ de Guillermo del Toro. Mais aussi : ‘Pentagon Papers‘, ‘Gräns/Border‘, ‘les Filles du Soleil‘, ‘3 Visages‘, ‘Blackkklansman‘, ‘Detective Dee : la légende des rois célestes‘, ‘Lukas‘. Un « petit » classique (et un des 3 films de chevet de l’auteur de ces lignes) : ‘2001, l’Odyssée de l’Espace‘. Malgré l’overdose du genre, on va retenir un film de super-héros : ‘Spider-Man : New Generation‘ qui en plus est un formidable film d’animation.

Suspiria-2018-01

Forme de l'eau - 09

Pentagon Papers - 01

les Filles du Soleil - 01

lukas - 01

Blackkklansman - 01

detective dee 3 - 02

spider-man new generation-01

Quelques grands moments sur un grand écran : Dakota Johnson enfin dans de bons films (‘Suspiria’ et ‘Sale temps à l’Hôtel El Royale’), les retrouvailles entre Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) et Michael Myers dans le nouveau ‘Halloween’, Tom Hanks et Meryl Streep réunis devant la caméra de Steven Spielberg (‘Pentagon Papers’), les amours contre-nature de ‘La Forme de l’Eau’ filmés par un Guillermo del Toro au sommet de sa forme, Jennifer Lawrence qui donne de sa personne dans ‘Red Sparrow’, l’étrangeté de ‘Border‘ qui met mal à l’aise beaucoup de spectateurs (et de critiques), la sublime Golshifteh Farahani armée dans ‘les Filles du soleil’ descendu par toute la critique, le retour de l’indispensable et sans doute meilleur réalisateur iranien en activité Jafar Panahi avec ses ‘3 Visages’, le retour en grande forme et qu’on n’attendait pas de Spike Lee avec son ‘BlacKkKlansman’, Emily Blunt poursuivit par d’horribles créatures dans ‘Sans un bruit’, l’enquête absurde noyée dans ‘Une Pluie sans fin‘ de Yue Dong, Jodie Foster en petite mamie chargée de faire le ménage dans l’ ‘Hotel Artemis’, Jean-Claude Van Damme dans le très bon ‘Lukas‘, le 3D relief de Tsui Hark pour la troisième enquête de son ‘Detective Dee‘, la révélation John David Washington dans ‘BlacKkKlansman‘, Tilda Swinton et d’ailleurs tout le casting du ‘Suspiria’ version 2018, et enfin le festival de formes et de couleurs du ‘Spider-Man : into the spider-verse‘ retitré en France par un autre titre anglais (‘Spider-Man : New Generation’, ou les mystères de certains distributeurs…).

Suspiria-2018-02

null

DF-15846.dng

detective dee 3 - 03

Séries TV : là aussi l’offre est énorme. Toute petite sélection : ‘Star Trek Discovery-saison 1‘, ‘Feud‘ et ‘the Office‘ (adaptation USA avec Steve Carell). « Winter is coming… »

star trek discovery s1-01

the office (us) - 01

Johann Johannsson - Sicario-LP

Les disparus/RIP : Johann Johannsson (génial compositeur de BOF), Stephen Hawking (astrophysicien), Burt Reynolds (acteur à la célèbre moustache), Ringo Lam (réalisateur de Hong Kong, on lui doit de très bons Van Damme tel que ‘Replicant’), Christophe Salengro (président à vie, et au-delà, du Groland), Isao Takahata (réalisateur et co-fondateur du studio Ghibli, le bouleversant ‘Tombeau des Lucioles’ c’était lui, tout comme ‘Mes voisins les Yamada’ ou ‘le Conte de la Princesse Kaguya’), Jacques Higelin (chanteur), Milos Forman (réalisateur), Aretha Franklin (chanteuse), Rachid Taha (chanteur), Stan Lee (scénariste BD), Gary Kurtz (producteur d’une galaxie lointaine, très lointaine), Bernardo Bertolucci (réalisateur), Sondra Locke (actrice, réalisatrice), Margot Kidder (actrice, fiancée de Superman), Marcel Philippot (acteur, « Appelez-moi le directeur ! Je l’aurai un jour, je l’aurai. »), Stephane Audran (actrice), Samuel Hadida (producteur et distributeur), Stelvio Cipriani (compositeur de BOF), Maria Rohm (blonde actrice à la beauté rayonnante ayant beaucoup fréquenté le cinéma de Jess Franco), Claude Bernard-Aubert/Burd Tranbaree (réalisateur à la double filmographie dont l’une a beaucoup fait tourner Brigitte Lahaie), Janine Reynaud (actrice que l’on retrouvait dans le cinéma de son mari Michel Lemoine, mais aussi chez Jess Franco)…

Jess Franco - Eugenie_story_of_her_journey_04

Kate Bush - Remastered in vinyl 4-01

Musique. Quelques bons disques (vinyles) : les rééditions de Kate Bush, les rééditions de Siouxsie and the Banshees, un EP pour Nine Inch Nails, un autre pour Aphex Twin, un nouvel album de Exploded View, la bande originale composée par Thom Yorke pour le film ‘Suspiria‘, la BOF de John Carpenter pour le nouveau ‘Halloween‘, l’édition en vinyle de la BOF ‘Big Trouble in Little China‘ de John Carpenter pour célébrer les aventures du légendaire du seul de l’unique de l’incroyable mais vrai Jack Burton !

John Carpenter - Big Trouble in little china-LP-a

Beaux livres : ‘Flowers of perversion-the delirious cinema of Jesus Franco, volume two‘ de Stephen Thrower et ‘Midi-Minuit Fantastique volume 3‘ de Nicolas Stanzick et Michel Caen.

BD : ‘La Mort Vivante‘ (version luxe noir et blanc) d’Olivier Vatine et Alberto Varanda, ‘La Cathédrale des Abymes‘ de Jean-Luc Istin et Sébastien Grenier (le tome 2, ‘La guilde des assassins‘, vient tout juste de sortir avec un ex-libris offert pour le premier tirage), et ‘Chloé‘ de Riverstone.

Livres à la première personne : Dario Argento, Céline Tran et Mathilda May.

Lana Rhoades - 01

Pin-Up de l’année : Lana Rhoades. Elle possède des arguments irrésistibles (« Mes yeux, tu les as vus mes yeux ? »), et on peut aussi lui trouver un petit air de ressemblance avec l’actrice Emily Blunt.

Voilà, ce petit bilan perso est fait. On peut passer à 2019. Comme de coutume, à tous les visiteurs et visiteuses de ce blog, occasionnels ou réguliers, de ce monde ou d’un autre, une bonne année ! On commence avec une chanson ?

Very Bad Trip 2 - 01

 

Publié par : nico nsb | décembre 27, 2018

Beau livre : Jess Franco ‘Flowers of Perversion’

Jess Franco - Flowers of Perversion-01

Attendu depuis plusieurs mois, le second volume de l’étude (en anglais) de Stephen Thrower consacrée à Jess Franco vient tout juste d’arriver. Il s’intitule donc ‘Flowers of Perversion – the Delirious Cinema of Jesus Franco, volume Two‘ et s’attaque à la seconde partie de la carrière du cinéaste, soit la période 1975-2013. Après les 432 pages du premier volume, nous avons cette fois 512 pages de textes et de photos majoritairement en couleur (dans les remerciements, le lecteur français retrouve les noms de Lucas Balbo et de Christophe Bier). Un livre qui pèse son poids et qui se mérite ! Stephen Thrower conserve la même mise en page et la même démarche : titre de film dans sa version originale suivi d’une fiche technique complète, d’un synopsis résumant le film, de notes de production, d’une analyse qui peut s’étaler sur plusieurs pages, et de diverses notes. Pour l’exemple, ‘Les Prédateurs de la Nuit/Faceless’ est traité sur sept pages. Un travail colossal qui couvre toute l’oeuvre de Jess Franco et que l’auteur raconte avoir débuté en septembre 2008. Dix années à travailler à la célébration d’un grand nom du cinéma bis ! Même ce cinéma de « mauvais genre », plus ou moins fauché, avec ses chefs-d’oeuvre et ses nanars, a droit aux honneurs et à un traitement luxueux. Merci et bravo à Thrower, et à son éditeur qui a cru dans ce projet fou.

 

Tout comme pour le premier volume ‘Murderous Passions‘ (lire sur ce blog), l’éditeur britannique Strange Attractor Press a produit un très beau livre de cinéma, surtout dans son édition limitée dite « hardback special edition » tirée à 500 exemplaires. Magnifique couverture toilée rouge frappée d’un motif au recto et au verso, couverture alternative avec Lina Romay (image tirée du film ‘Eugenie historia de une perversion’tandis que l’édition standard affiche ‘Voodoo passion’ en couverture) pour la protéger, fiche numérotée et signée par Stephen Thrower, qualité du papier légèrement supérieure à celle du premier tome, six cartes postales… Et ce n’est pas tout puisque l’éditeur ajoute en plus ‘The Sinister Case of Jess Franco‘, un petit livre de 104 pages reproduisant des documents d’archives oubliés dans une valise en 1976. On y trouve par exemple des courriers tapés à la machine, des notes de découpages, ou des idées de scénarios écrites à la main et en français par Jess Franco, accompagnés de dessins. On trouve même un petit roman-photo en couleur racontant les aventures d’Alfredo Pereira/Jess Frank. Cette édition limitée est encore disponible chez Strange Attractor :

 
(photos : Nicolas NSB)
 
IMG_4460
IMG_4454
IMG_4455
IMG_4456
IMG_4459
IMG_4457
IMG_4452
IMG_4453
Publié par : nico nsb | décembre 24, 2018

Le son du jour : Ry Cooder

Ry Cooder - 2018-01

Ry Cooder, encore un nom qui vous écoeure lorsque vous apprenez à tenir correctement une six cordes… L’homme vient de commettre un nouvel album, avec son fils, où il occupe les postes de chanteur et de guitariste. ‘The Prodigal Son‘ dégage de bons parfums de cuisine blues/gospel/cajun qu’on associe forcément à des images cultes.

L’album propose surtout une reprise imparable d’un morceau de Blind Willie Johnson, popularisé autrefois par un obscur groupe anglais (Led machin… quelque chose comme ça). Respect ! Et bonnes fêtes à toutes et à tous.

Ry Cooder - 2018-02

Ry Cooder - the Prodigal Son-LP

Paris, Texas - 01

Jim Jarmusch - Down by law-01

Jim Jarmusch - Mystery Train-01

Publié par : nico nsb | décembre 11, 2018

Le son du soir : How to Destroy Angels

How to Destroy Angels - An Omen-EP

Entre les albums de Nine Inch Nails, des tas de bandes originales de films ou de programmes TV, Trent Reznor a trouvé le temps de monter How to Destroy Angels. En effet, en 2010 il met en place ce projet parallèle à NIN, soit un groupe composé notamment de son épouse Mariqueen et du fidèle Atticus Ross. Une poignée de maxis sortent, suivis d’un album en 2013.

 

Le titre « The sleep of reason produces monsters » est tiré du maxi ‘An omen EP‘ et s’inspire d’une gravure de Francisco de Goya : « le sommeil de la raison engendre des monstres » (1797-1799). A méditer.

Goya - le sommeil de la raison

Publié par : nico nsb | décembre 9, 2018

Choix

Violence ou non-violence est un choix, pas une obligation.

« Donnez-moi la sérénité
D’accepter
Les choses que je ne peux changer,
Le courage
De changer les choses que je peux,
Et la sagesse
D’en connaître la différence. »

Annaud - Sept ans au Tibet-affiche

Scorsese - Kundun-affiche

Barbet Schroeder a filmé le contre-exemple :

Schroeder - le Vénérable W-affiche

NSB+E.G.+O.L.A.

Publié par : nico nsb | décembre 6, 2018

France 2018

Makoto Aida - harakiri school girls-02

Makoto Aida - harakiri school girls

(illustrations de Makoto Aida)

Publié par : nico nsb | novembre 23, 2018

HTRK : musique pour un vendredi pluvieux

HTRK - 2018-04

Les Australiens HTRK sont de retour et sortent un nouveau single 2 titres, ‘Dying of jealousy‘, dont est tiré ce ‘Summer rain‘ juste parfait. Album en préparation.

HTRK - 2018-01

Publié par : nico nsb | novembre 18, 2018

Clips de la nuit pour deux jolies sorcières

Chelsea Wolfe - 2018-10

Une nouvelle variation autour de ‘Suspiria’, un nouveau clip pour Chelsea Wolfe et un autre pour Myrkur. Pas de doute, c’est la saison des sorcières. Mais attention mesdames, mesdemoiselles  à ne pas prendre froid.

Chelsea Wolfe - Scrape-video

🎸 Tremblez simples mortels ! L’Américaine Chelsea Wolfe et son groupe viennent hanter vos nuits avec Scrape, single tiré de l’album ‘Hiss Spun’ (2017) :

Chelsea Wolfe - 2018-09
Chelsea Wolfe - Hiss Spun-LP
Myrkur - 2018-04
Myrkur - 2018-01

🎸 Du côté du Danemark, pays des Trolls et des Vikings, Amalie Bruun alias Myrkur s’apprête à sortir un nouveau 45t./7″ intitulé Juniper. Après son double album de l’an dernier (on l’on trouve deux titres enregistrés avec Chelsea Wolfe), la chanteuse/compositrice/multi-instrumentiste/mannequin poursuit son chemin entre chants et musiques traditionnels, et black metal :

Myrkur - Juniper-7''
Myrkur - 2018-08

Myrkur - 2018-09.jpg
Myrkur - 2018-10
Myrkur - 2018-06
Myrkur - 2018-07
Myrkur - 2018-05

Older Posts »

Catégories