Publié par : nico nsb | mai 24, 2012

Cannes 2012 – Jour 7 : les Dents de la Mer

Cette année, le studio Universal fête son 100e anniversaire. A cette occasion une série de grands films vont être restaurés et, ce mercredi, Cannes Classics proposait ‘Jaws/Les Dents de la Mer‘ de Steven Spielberg (1975). En ouverture, les spectateurs découvrent une petite vidéo enregistrée par le réalisateur mythique qui a travaillé 8 mois sur la restauration du film. Et le résultat est époustouflant ! Non seulement le grain de pellicule est respecté, les couleurs restituées et l’image nettoyée (pas un point blanc, pas une rayure !), mais en plus il s’agit d’une version longue (2h04) avec de nombreuses scènes rajoutées. Elles concernent essentiellement la présentation de la vie et des habitants de la petite station balnéaire Amity. Le shérif Brody (Roy Scheider) et sa famille gagnent en épaisseur. Ses rapports avec le Maire et les commerçants sont plus développés. Et surtout, nous avons l’impression de redécouvrir un film que beaucoup de spectateurs ont vu et revu en vidéo ou à la télévision. Cette fois le spectateur peut enfin identifier clairement le visage de Chrissie, la première victime du grand requin blanc (tournage en nuit américaine). Quant aux scènes chocs, même archi-connues, sur grand écran elles font leur effet ! Bref, la prochaine ressortie en salle (Carlotta Films) et l’édition blu-ray vont faire des heureux.

Si on peut être plus réservé sur les réalisations et productions actuelles de Steven Spielberg, ‘Les Dents de la Mer‘ fait parti des ses classiques. Tout comme ‘Les Aventuriers de l’Arche Perdue‘, ‘Jaws‘ passe très bien l’épreuve du temps. On reste bluffé par l’apparente simplicité de la mise en scène. Spielberg ne s’embarrasse pas d’effets inutiles : il va droit à l’essentiel. Lisibilité des scènes d’action, fluidité de la narration, direction d’acteurs, sens du spectacle… Des tas d’ouvrages et d’articles ont analysé brillamment ce grand réalisateur américain. Et actuellement c’est le fanzine Cinétrange qui s’y colle à l’occasion du hors série « Nos années 80 » (disponible chez Sin’Art ici). Dans le chapitre qui ouvre ce premier volume, l’auteur de l’article souligne que ‘Les Dents de la Mer‘ et ‘La Guerre des Etoiles‘ (1977) inventaient alors le blockbuster moderne. Et la décennie suivante sera celle de la conquête et de la consécration pour Spielberg et Lucas. Depuis ils ont gagné ; ce sont aujourd’hui les maîtres d’Hollywood et ce qu’ils font de cette position fait l’objet de nombreux débats houleux.

Entre deux séances, un peu de lecture pour patienter

Publicités

Responses

  1. j’aimerais pas etre a leur place !!!!!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :