Publié par : nico nsb | juillet 15, 2013

7 Samouraïs sur un grand écran !

Les 7 Samourais - 07

Il était une fois un petit village subissant le pillage régulier d’une armée de brigands. Il était une fois sept ronins parcourant les routes en quête d’aventures ou d’un bol de riz. Il était une fois l’un des plus grands cinéastes du monde qui allait offrir aux spectateurs un de ces films éternels dont il avait le secret…

Les 7 Samourais - affiche

Est-il possible de voir des chefs-d’oeuvre, des films qui passeront aisément les années tout en conservant le même éclat et le même intérêt, dans les salles de cinéma en plein été ? Oui, grâce à l’initiative de quelques passionnés tel Manuel Chiche de Wild Side vidéo/la Rabbia (lire article sur DVDclassic ici) qui ressort ‘Les 7 Samourais‘ (1954) sur grand écran.

Les 7 Samourais - 04

La copie est magnifique, image et son restaurés, noir et blanc splendide. Il suffit de comparer avec le double dvd édité il y a un moment par Les Films de ma Vie pour mesurer le travail qu’à du nécessiter cette ressortie estivale. Beaucoup de fans de Akira Kurosawa n’ont découvert son oeuvre qu’avec les dvd. Revoir ‘Les 7 Samouraïs‘ dans une salle de cinéma, c’est redécouvrir une magnifique histoire d’aventures et de passions humaines, se remémorer certaines scènes que l’on avait oublié (l’attaque du camp des bandits).

Les 7 Samourais - 08

Près de soixante ans après sa réalisation, le film reste profondément moderne avec ses cadrages dynamiques, ses mouvements de caméra, l’utilisation des éléments naturels (vent, pluie, brume, boue). Son histoire demeure intemporelle, celle d’une poignée d’hommes, valeureux mais avec leurs faiblesses, face à l’adversité et la cruauté de la vie. Il y a le sage Shimada (Takashi Shimura), le chien enragé Kikuchiyo (Toshiro Mifune) particulièrement touchant car portant sur lui son mal être, le corps tordu, maladroit (même son sabre, porté sur l’épaule, est trop long), ne trouvant pas toujours les mots justes, aux colères révélatrices de blessures profondes tandis que les enfants l’adorent. Il y a encore ce samouraï noble ignorant la fierté, le jeune homme romantique tombant amoureux de la belle Shino travestie en garçon, et tous ces villageois dont le pleurnichard Yohei au visage de clown triste. Autant de personnages attachants, de thèmes qui touchent le spectateur, d’images qui restent en tête après le mot « Fin » (et la traduction signée Catherine Cadou) tels ces sabres plantés dans le sable d’un cimetière balayé par le vent.

Les 7 Samourais - 01

Les 7 Samourais - 05

Les 7 Samourais - 06

Les 7 Samourais - Akira Kurosawa


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :