Publié par : nico nsb | octobre 3, 2013

Cinémas marocains sur Ciné+ Club

Sur la planche - 01

Le jeune cinéma marocain est très dynamique et tente, tant bien que mal, de trouver une petite fenêtre sur les grands écrans de ce côté-ci de la Méditerranée, le plus souvent dans les festivals. En ce début d’automne, le Maroc cinématographique est mis en lumière sur la chaîne Ciné+ Club, au travers d’un film récent et d’un documentaire. ‘Sur la planche‘, drame puissant de Leïla Kilani (2012), raconte le quotidien de quatre jeunes filles travaillant dans les usines de Tanger, à la recherche d’un bon coup pour se sortir de la misère. Un regard vif sur des cogneuses, des fonceuses prêtes à tout pour s’en sortir. Comme Badia, le personnage principal, employée dans un atelier de tri de crevettes, passant son temps à se laver pour enlever cette odeur tenace, se frottant le corps jusqu’à l’obsession : l’odeur de la pauvreté !  Un regard social tourné comme un film d’action, rappelant les frères Dardenne.

Sur la planche - 02

Sur la planche - 03

Maroc - cinéma 02

En complément de ce film, le documentaire ‘Le cinéma ne fait pas le printemps‘ (de Frédéric Delesques) dresse un panorama de cette industrie marocaine qui accueille des super-productions européennes et américaines (studios de Ouarzazate), tout en produisant ses propres films. Des histoires en prise avec le réel du pays, proposant un miroir dans lequel les spectateurs peuvent trouver des personnages attachants, parlant l’arabe de la rue, partageant leurs préoccupations. Le documentaire donne notamment la parole aux réalisateurs Hicham Lasri (‘The End’ – 2011), Yassine Fennane (‘Squelette’ – 2007), Nour-Eddine Lakhmari (‘Casanegra’ – 2009), Nabil Ayouch (‘Les chevaux de Dieu’ – Festival de Cannes 2012), Mohcine Besri (‘Les mécréants’ – 2011), Narjiss Nejjar (‘L’amante du rif’ – 2012) et Leïla Kilani. Hommes et femmes, tous revendiquent le fait de travailler à un cinéma tout sauf lisse et docile. Une liberté artistique qui repousse peu à peu l’autocensure. De l’autre côté, ces films sont difficilement visibles dans les salles marocaines (peu d’écrans dans tout le royaume) où les productions occidentales et les succès de Bollywood (excellents souvenirs) se partagent le programme des multiplexes et des salles de quartier (lire l’article « Cinéma, vous avez dit populaire ?«  ici). Et il faut ajouter que le marché des DVD pirates est énorme et les boîtiers-décodeurs TV « artisanaux » envahissent les foyers. Autre réalité économique. Mais le public est lui bien présent. Un public qui a soif d’images de son pays et de la représentation de ses identités multiples (ce qui froissent certains esprits très « traditionnels »). Bref, un documentaire passionnant et nécessaire puisqu’il donne envie au spectateur français de découvrir des films et des artistes oeuvrant dans tous les styles, même dans le cinéma de genres (Mad Movies en avait parlé il y a un moment).

Maroc - cinéma-Tournage_01

Pour les spectateurs marocains, le milieu associatif (lire ici) se mobilise pour préserver les salles vieillissantes et menacées de fermeture, tandis que des festivals travaillent à garantir l’accès à la culture au plus grand nombre, comme actuellement le Festival International du Cinéma d’Auteur de Rabat (du 27 septembre au 5 octobre 2013) et dont nous dira peut-être un mot notre « Agent » sur place.

http://festivalrabat.ma

SOS salles de cinéma en détresse

Maroc - cinéma-Tournage_Maroc

Maroc - cinéma 01

Maroc - cinéma 03Sur la planche - 04


Responses

  1. le cinéma marocain, comme ses homologues algériens et tunisiens, est d’une grande richesse ; comme le dit le texte ci dessus, il y a des cinéastes qui repousse les limites de l’auto-censure (plus vicieuse que la censure) et parle les modes de vie libres au Maghreb ; dans un contexte où les contrôles bio-politiques interplanétaires font un retour inquiétant, ces longs métrages sont des bouffées d’air pur salutaires

  2. Salut Jean et bonne fin de festival. J’espère que tu as fait de bonnes découvertes comme le nouveau Hicham Lasri.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :