Publié par : nico nsb | mai 15, 2014

Pas de Godzilla sur la Croisette ?

GODZILLA

Si le célèbre monstre géant du Pays du Soleil Levant n’est pas présent à Cannes, par contre les échos sont catastrophiques concernant ‘Grace de Monaco’, film d’ouverture aux lourdeurs toutes aussi impressionnantes, mais pour d’autres raisons. Les papis-mamis de la Côte d’Azur devraient adorer. Mais revenons à notre lézard préféré.

GODZILLA

ATTENTION Spoilers !

Il faut croire que même les meilleures intentions ne suffisent pas à accoucher d’un bon film. Alors que Gareth Edwards avait attiré l’attention du public et de la critique avec son précédent ‘Monsters‘ (2010), sa réactualisation de Godzilla est une déception. Pourtant, contrairement à Roland Emmerich en 1998, on sent que Edwards aime les monstres, il les prend au sérieux. Avec un peu trop de gravité sans doute, comme intimidé à l’idée de se confronter à la bête légendaire. Car son ‘Godzilla‘ version 2014 met du temps à démarrer. Le scénario nous présente tout d’abord des personnages, un couple d’Américains vivant au Japon (Bryan Cranston et Juliette Binoche), pour les éliminer dans la première demi-heure. Il passe ensuite le relais au fils, quelques années plus tard, devenu soldat et à son tour père de famille. Malheureusement Aaron Taylor-Johnson et Elizabeth Olsen sont ici totalement transparents. On ne s’intéresse pas à ces personnages, à leur vie, leur destinée. Du coup le film ne dégage aucune émotion. On s’ennuie un peu. Il faut alors patienter jusqu’à l’arriver des monstres.

Godzilla 2014 - 04

Alors oui, les kaijus sont impressionnants sur un grand écran, tout spécialement Godzilla, créature titanesque d’un autre âge. Son réveil s’accompagne de son fameux rugissement, puis de son souffle nucléaire. Comme l’explique un scientifique japonais (Ken Watanabe, scandaleusement sous utilisé), Godzilla est une force naturelle (un dieu ?) chargée de rétablir l’ordre dans le chaos. L’affrontement entre les monstres fait de gros dégâts, mais curieusement il semble que seul Godzilla ne provoque aucune victime. Et pour cause : le final nous montre littéralement une foule (américaine) acclamant dans un stade leur nouveau sauveur ! Godzilla devient un Spider-Man ou un Avenger de plus !!? Les intentions des auteurs du film éclatent au grand jour : il n’a jamais été question de réellement traiter des dangers du nucléaire, des déchets radioactifs, de la pollution de l’air ou des océans, du dérèglement climatique. Godzilla n’est qu’un super-héros de plus qui va tout régler ! Douche froide pour le spectateur. Et la 3D ? Que ce soit pour la profondeur de champ, les effets de jaillissement ou de volume, elle n’était absolument pas indispensable à la mise en scène de Gareth Edwards.

_KF12136.dng

A la réflexion, le Godzilla qu’on était en droit d’attendre et que promettait une bande-annonce très alléchante car ne dévoilant pas grand chose, ce grand film populaire de kaijus on l’a déjà vu récemment sur les grands écrans de cinéma. Il s’agit du très bon ‘Pacific Rim‘ de Guillermo del Toro, injustement boudé par les spectateurs en 2013.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :