Publié par : nico nsb | mai 21, 2014

Cannes 2014 – Episode IV : le nouveau Ghibli arrive

NSB-Ghibli 01

     Il était une fois un vieux coupeur de bambou. Un jour qu’il s’affairait dans sa bambouseraie, un arbre luisant attira son attention. A ses pieds, il découvrit une jeune pousse qui, en s’ouvrant telle une fleur, dévoila une petite princesse minuscule, pas plus grande qu’un doigt. Le paysan émerveillé emporta avec précaution la petite créature magique et alla la montrer à sa femme. A cet instant, la petite princesse prit la taille d’un nouveau né et se mit à pleurer. Puis à rire. Plus la journée s’écoulait, et plus le bébé grandissait à vue d’oeil. Si bien que quelques jours plus tard, c’était une petite fille, puis une adolescente qui courait dans la forêt avec les autres enfants du village. Ils l’avaient surnommé affectueusement « Pousse de Bambou« . Son père adoptif décida alors qu’il était grand temps de faire d’elle une véritable princesse respectable. Il fit construire un château afin de l’installer socialement, de parfaire son éducation et de lui trouver un vrai nom. Ce sera Kaguya. A mesure que Kaguya apprend à devenir une parfaite dame de cour impériale, elle attise l’intérêt des nobles qui veulent tous la marier. Mais ses amis lui manquent et elle perd sa joie de vivre…

Conte princesse kaguya - 01

Conte princesse kaguya - 02

     Présenté ce mercredi à la Quinzaine des Réalisteurs, ‘Le Conte de la Princesse Kaguya‘ est la dernière merveille issue des studios Ghibli. Réalisé par Isao Takahata, il s’agit de l’adaptation de la plus ancienne histoire du Japon, qui reste encore aujourd’hui très populaire. Ce beau dessin animé reprend le style graphique de ‘Mes voisins les Yamada‘ qui s’éloigne de tout réalisme dans la représentation, choisissant de mettre en valeur le geste des dessinateurs et des coloristes. Une courbe, quelques traits et une touche de couleur douce suffisent pour symboliser un bois. Une scène en particulier pousse ce style très loin, celle de la course de Kaguya à travers la campagne ; la passion qui anime cet instant emporte le dessin vers l’abstraction, dessin qui ressemble à un travail au fusain.

LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYA un film de Isao Takahata

Chaque dessin a été dessiné à la main, puis scanné. Très peu de recours au numérique. Contrairement à Hayao Miyazaki, Takahata n’est pas dessinateur mais « juste » metteur en scène, par conséquent chacun de ses films d’animation possède un style différent. Ici il s’est donc inspiré d’un conte traditionnel célèbre, ainsi que des dessins sur rouleaux. Pour la musique, le fidèle Joe Hisaishi a répondu présent. Le film peut parfois connaître quelques longueurs (2h17) inhabituelles. Mais la beauté et la poésie du ‘Conte de la Princesse Kaguya‘ dépasse largement toute concurrence, voire même le dernier Miyazaki.

     Une question se pose comme une évidence : Miyazaki et Takahata sont âgés, qui prendra la suite ? Les vieux maîtres de l’animation japonaise ont-ils préparé des élèves pour leur succéder et faire en sorte que l’excellence du Studio Ghibli ne disparaisse pas avec eux ?

Conte princesse kaguya - affiche

Conte princesse kaguya - 04

LE CONTE DE LA PRINCESSE KAGUYA un film de Isao Takahata


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :