Publié par : nico nsb | juillet 4, 2014

Pour bien commencer l’été, un peu de SF avec Terry et Scarlett – par Estelle G.

Zero Theorem - 05

Actuellement dans les salles de cinéma, alors que l’été des blockbusters (qui ne s’annonce pas folichon cette année) n’a pas encore débarqué (au secours, les Transformers reviennent encore !), la science-fiction à taille humaine s’installe tranquillement avec trois productions à l’affiche.

Transcendance‘ réalisé par Wally Pfister (chef opérateur de Christopher Nolan sur ‘Inception’, ‘Le Prestige’ et la trilogie Dark Knight) se veut ambitieux sur le papier, trop en fait, en voulant traiter d’intelligence artificielle, des nano-technologies et plus généralement de la place de la technologie dans notre société. Mais il ne possède pas un scénario efficace. On lui préfère le nouveau film de Terry Gilliam, ‘Zero Theorem‘.

Zero Theorem - affiche

Malgré un scénario un peu bordélique, le Monty Python déborde toujours autant de folie et d’imagination, et ce malgré un budget réduit. Ce retour vers la dystopie le rapproche de son mythique ‘Brazil‘ (1985), mais en plus coloré cette fois car cette société effrayante (et qui nous est très familière) est aux mains non plus d’un état totalitaire, mais de multinationales avides de nous vendre du bonheur bio/3D/4G. Ce qui touche dans ‘Zero Theorem‘, ce n’est pas vraiment l’histoire de cet homme coupé de ses propres sentiments et en quête de l’équation démontrant le non-sens absolu de la vie, mais plutôt l’espace que donne le réalisateur à ses comédiens pour laisser vivre leur personnage. Christoph Waltz est ici épatant face à Mélanie Thierry (entourés de David Thewlis, Matt Damon et Tilda Swinton) qui interprète une call girl adepte du cyber-sexe. Si lui n’exprime aucune émotion, elle pétille de vie comme une bulle de champagne ; elle est un petit soleil surgissant dans l’existence morne de ce type, scotché à son écran, au fond d’une vieille église reconvertie en appartement pour vieux garçon. Comme toujours chez Terry Gilliam, l’humour est omniprésent jusque dans les détails comme par exemple ce costume qu’enfile Christoph Waltz pour goûter aux joies du sexe en ligne, et qui lui donne l’apparence d’un bouffon moyen-âgeux dans cet univers ultra-connecté où les gens passent plus de temps devant un écran qu’à vivre leur vie. Et cependant le réalisateur ne se pose pas en moraliste, il fait juste un constat. Terry Gilliam : « Nous passons trop de temps à essayer de donner un sens à notre vie. Il faut simplement la vivre. Et après éventuellement regarder en arrière pour voir si elle en valait la peine ! Beaucoup de gens s’appuient sur la religion pour avoir une réponse. Mais le trou noir du chaos finit toujours par nous rattraper » (dans l’Ecran Fantastique de juin). Lucide et avec le sourire, il ajoute : « Ce qui est terrible, d’un point de vue général avec les ordinateurs, c’est qu’on y passe plus de temps qu’avec nos proches. A la maison, combien de fois ma femme est en bas alors que je suis à l’étage sur mon ordinateur ! » (dans Mad Movies de juin).

Zero Theorem - 02

Zero Theorem - 03

Under the skin - 03

Mais le « petit film » à ne pas rater actuellement c’est bien l’étrange et mystérieux ‘Under the Skin‘. Le réalisateur et vidéaste Jonathan Glazer filme Scarlett Johansson en caméras cachées au volant d’un van dans les rues de Glasgow. Elle interprète une « femme », ou de ce qui en a l’apparence, à la recherche de quelqu’un, d’une proie : un homme seul. Elle le fait monter à l’arrière. Le film bascule alors brusquement dans une esthétique visuelle différente, froide et minimaliste : les personnages évoluent dans un lieu entièrement blanc ou entièrement noir… Les images racontent des choses par elles-même sans avoir recours à des dialogues explicatifs. Et il y a un gros travail sur le son. Ce choix de mise en scène rappelle évidemment le ‘2001, l’Odyssée de l’Espace’ de Kubrick. Frustrant pour les uns, fascinant pour les autres puisque ces choix de mise en scène s’adressent à l’intuition du spectateur. C’est un cinéma de la sensation où il s’agit de ressentir les choses, en prise direct avec l’inconscient comme chez David Lynch, un cinéma qui pose des questions au lieu d’apporter des réponses toutes prêtes. Jonathan Glazer (dans Chro n°7/Chronic’art) : « C’est un film qui n’est pas du tout censé parler à l’intellect. Et d’une manière générale, pour moi, les films doivent fonctionner comme la musique ou la peinture, parler directement à l’inconscient. C’est leur origine, et leur destination naturelle. » Pour l’actrice Scarlett JohanssonUnder the Skin‘ représente un pari risqué et audacieux loin du confort hollywoodien. Jonathan Glazer (dans l’Ecran Fantastique) : « Elle avait parfaitement compris l’histoire. Je n’avais pas l’impression de parler d’un rôle avec une actrice, mais d’échanger librement des idées sur un sujet qui nous passionnait avec une amie. (…) Elle était très motivée par ces défis à relever et elle n’a jamais hésité une seule fois en dépit de certains plans difficiles. » Elle apparaît grimée, souvent nue, dirigée dans un espace clos et sécurisant ou lâchée dans des situations ouvertes à l’imprévu (rencontrer des inconnus dans la rue). Un très beau rôle qui a du la séduire en tant que comédienne et en tant que femme car, si le film conserve une part de mystère, il autorise plusieurs interprétations. L’Américaine incarne, avec son personnage « d’étrangère », la sensation d’être « mal dans sa peau », de ne pas se sentir à sa place, révélant le trouble qu’engendre la prise de conscience de soi. Confusion de l’identité, décalage entre ce que l’on est à l’intérieur et l’apparence extérieure, l’image que les autres nous renvoient. ‘Under the Skin‘ est un film qui vous reste dans la peau.

E.G.

Under the skin - 02

Under the skin - 04

Under the skin - Chro 7


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :