Publié par : nico nsb | octobre 5, 2016

La poésie sans fin de Jodorowsky

poesia-sin-fin-01

Dans un monde d’une violence insupportable, il est vital de réintroduire de la poésie dans nos vies pour changer notre regard sur ce monde. C’est ce que nous dit Alejandro Jodorowsky dans ‘Poesia Sin Fin‘. Chez Jodo, la « révolution » ne se trouve pas dans les idéologies mais se déroule à l’intérieur de chacun et chacune. Il est le cinéaste du récit initiatique par excellence. Chez lui, le cirque et le théâtre sont un temple pour communier avec la Terre et le cosmos. Il s’agit de rompre avec ses démons du passé (l’éducation, la religion, toutes les certitudes qui nous étouffent) pour construire sa vie sans avoir peur de qui l’on est. Ce cinéma s’adresse donc à tous les spectateurs.

poesia-sin-fin-09

poesia-sin-fin-08

Poesia Sin Fin/Poésie sans fin‘ est la suite directe de ‘La Danza de la Realidad/la Danse de la Réalité’ (2013) et nous retrouvons le jeune Alejandro, encore craintif  de l’image paternelle, entrant dans l’âge adulte, découvrant l’art, l’amour et les peines de coeur, prenant de l’assurance, et s’engageant dans la vie. Si le réalisateur ne change pas son dispositif mis en place avec ‘La Danza…’, son autobiographie poétique ne perd pas sa portée universelle. Les petites idées géniales de mise en scène abondent. La direction d’acteurs est toujours surprenante (Adan « Adanowsky » Jodorowsky, Pamela Flores et Brontis Jodorowsky sont excellents !) et c’est une chose qu’on ne souligne jamais assez chez ce cinéaste qui exige beaucoup et qui reçoit énormément de ses comédiens. Certains personnages sont des clés d’entrée pour son ‘Santa Sangre‘ (1989). Jodo se permet même des séquences de foules dignes d’un blockbuster US, par exemple lors d’un spectacle de clowns, puis lors d’un carnaval.

poesia-sin-fin-06

Lorsque le film s’achève, comme avec une série télé haletante, on attend avec impatience la prochaine saison. Cette fois Jodorowsky devrait raconter son arrivée à Paris et sa confrontation avec les Surréalistes. Vue la richesse de sa vie (lire le recueil d’entretiens ‘De la cage au grand écran‘ déjà évoqué sur ce blog) il y a de quoi faire encore plusieurs saisons. Si Alejandro Jodorowsky déborde toujours de passion et de générosité, il n’est plus tout jeune (87 ans) et il ne faudrait pas trop tarder. ‘Poesia Sin Fin‘ est actuellement à l’affiche des meilleurs cinémas.

poesia-sin-fin-affiche


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :