Publié par : nico nsb | mai 21, 2017

Cannes 2017 – Clint Eastwood a débarqué !

Impitoyable - 01

     1992, ‘Impitoyable‘ sortait en salle. 2017, le film s’apprête à ressortir en copie restaurée dans les salles de cinéma et en blu-ray. Et pour marquer le 70e anniversaire du Festival de Cannes, Clint Eastwood en personne est venu sur la Croisette présenter son film dans le cadre de Cannes Classics. Gros frisson en le voyant monter sur scène : un vieil homme qui accuse son âge (bientôt 87 ans), mais un charisme intact. Clint, le grand public l’a vu vieillir « en direct » dans chacun de ses films où il ne triche pas avec ses rides et ses cheveux blancs. Et un cadeau n’arrivant jamais seul, la star américaine a tenu à assister à la projection au milieu du public. Salle comble et standing ovation pendant tout le générique de fin !

Impitoyable - 03

Une légende vivante, ça ne se décrète pas. C’est le public, et non les médias, qui décide de plébiciter une longue carrière, comme le prouvaient les sifflements reprenant le thème principal du ‘Bon, la Brute et le Truand’ quelques instants avant l’arrivée de l’acteur-réalisateur. Répétons-le encore une fois, voir un film sur un grand écran n’a rien à voir avec un visionnage sur une télé, une tablette, un smartphone. Si l’histoire ne change pas, rien ne vaut l’expérience de la salle, rien n’est comparable à l’émotion qui s’en dégage. Et quand on a la chance d’assister à une projection assis à quelques fauteuils seulement d’un artiste du calibre de Clint Eastwood, le cadre influe forcément sur le ressenti de l’expérience. On connait l’histoire du film par coeur, sa musique jouée à la guitare, sa lumière, mais le regard est légèrement différent. On note un petit détail qui retient notre attention plus que les fois précédentes. ‘Impitoyable‘ est véritablement un film très personnel, dédié à Sergio Leone et à Don Siegel, c’est un hommage aux grands maîtres du western et pas seulement américain, un film d’hommes (Gene Hackman, Morgan Freeman, Richard Harris) et de femmes (Frances Fisher, Anna Thomson), film sur les regrets, la vieillesse et la mort. Il y a ce qui se passe sur l’écran, et si l’on tourne la tête on peut apercevoir les spectateurs captivés dans la pénombre de la salle. Ainsi Clint Eastwood était-il attentif à ce film qu’il a tourné il y a 25 ans. Et les questions fusent en l’observant : à quoi pouvait-il penser pendant la projection de son film ? Quels souvenirs lui revenaient en tête ? Un très grand et très beau moment à vivre.

(Photos iPhone : Nicolas NSB-2017)

IMG_3783

IMG_3760

IMG_3775

Impitoyable - 04

Ca c’était pour samedi. Et ce dimanche, Clint Eastwood donnait une leçon de cinéma où il devait probablement revenir sur sa carrière et peut-être sur les cinéastes qui l’ont inspiré. Mais ce nouveau rendez-vous avec la star avait lieu dans une salle de petite capacité. Enormément de monde entre les festivaliers, les journalistes, les photographes et les invitations. Impossible d’entrer. Par contre, Thierry Frémaux et l’équipe du Festival ont eu l’excellente idée de mettre cette leçon de cinéma en ligne pour le plus grand plaisir de tous :

http://www.festival-cannes.com/fr/festival/actualites/articles/la-lecon-de-cinema-de-clint-eastwood

Unforgiven (1992)

Impitoyable - 07     

Avant que nous disparaissions-05

     Du côté de la sélection Un Certain Regard, Kiyoshi Kurosawa présentait son nouveau film ‘Avant que nous disparaissions‘. Cette fois-ci le réalisateur japonais délaisse les fantômes pour de la science-fiction avec une histoire d’invasion extraterrestre. Bien entendu, on est très loin des blockbusters américains. Le film suit un couple sur le point de se séparer. L’époux a été retrouvé errant sur la route et semble avoir perdu la mémoire. Peu à peu, il explique à sa femme (Masami Nagasawa) être un extraterrestre qui s’est emparé du corps de son mari (Ryuhei Matsuda). Il est en quête de « concepts » pour comprendre les humains avant l’invasion. Au même moment, un journaliste fait la connaissance d’un jeune homme lui aussi étrange, et ils partent à la recherche d’une jeune fille qui provoque des carnages sanglants en ville… Kurosawa filme une histoire de fin du monde vue à travers le regard d’un couple. Ici, les évènements dramatiques sont souvent hors champ (comme les hélicoptères de l’armée qu’on entend mais qu’on ne voit pas), technique idéale pour un budget de série B. Mais parfois une fusillade éclate brutalement à l’écran, ou le spectaculaire surgit avec un accident de la route. A chaque fois, la mise en scène est inventive, loin de la paresse des grosses productions reposant uniquement sur les effets spéciaux. Le réalisateur utilise les codes du genre (histoire de body snatchers), pour y injecter de la mélancolie ou de l’humour. Par exemple, pour « prendre » (comprendre) un concept humain (la famille, la liberté, la propriété, le travail), les visiteurs touchent leurs victimes du doigt comme on touche un écran tactile (critique de la génération connectée ?). L’humain est aussitôt comme vidé d’une partie de sa personnalité, ce qui donne une scène très drôle avec un patron odieux. Mais à mesure que les envahisseurs s’humanisent et que s’approche la fin du monde, il reste un ultime « concept » à s’approprier. Peut-on apprendre l’amour sans l’éprouver ? Doit-on le voler comme une simple information ? Quel en est le prix à payer ? La SF réussit admirablement à Kiyoshi Kurosawa.

Avant que nous disparaissions-02

Avant que nous disparaissions-03

Avant que nous disparaissions-08

Avant que nous disparaissions-06

Avant que nous disparaissions-09

Avant que nous disparaissions-01

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :